ad libitum

jE répète:

 

ce n’est pas quand on meurt que l’on cesse d’exister…

 

(au refrain)