Thérapeut-être (4)

(saison des amours – 2006)

 

à la recherche de ma forme inversée du monde (4)

Quelle soie aux baumes de temps

« Où la Chimère s’exténue
Vaut la torse et native nue
Que, hors de ton miroir, tu tends !

Les trous de drapeaux méditants
S’exaltent dans une avenue :
Moi, j’ai ta chevelure nue
Pour enfouir des yeux contents.

Non. La bouche ne sera sûre
De rien goûter à sa morsure,
S’il ne fait, ton princier amant,

Dans la considérable touffe
Expirer, comme un diamant,
Le cri des Gloires qu’il étouffe. »
Stéphane Mallarmé

5 commentaires

  1. votre lecture arrive dans les miens
    et ravit mon désir de convenir à cette sérénité que vous citez.

    merci

    aussi à Kadomi, HH & Carole…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.