Baron, vous m’offrez une vraissemblance pathétique!

quelle horreur comment prévenir cette affreuse vision« J’ai peur de tous les hommes, connus et inconnus; et j’ai une terreur violente des femmes. (…) J’ai peur d’eux, peur; et je veux les éviter et les écarter de moi. C’est pourquoi je prends cette pose. Et c’est pourquoi aussi je fournis une image qu’ils puissent adorer, aimer, ou détester, selon qu’elle plaît, déplaît, en frappe d’effroi; et ils l’ont généralement en horreur. Tout le temps, pendant qu’ils manifestent leurs sentiments, je suis là en spectateur, comme un enfant devant un guignol. »

Baron Corvo

 

Le baron le dit, je le pervertis en le citant chez moi, en moi.

 

Si je n’écris pas à présent, c’est que l’écriture ne nourrit pas (plus) mes bas fonds.

mais je respire encore, j’en suis assurée.