Même Nous de Alain Helissen

Ruven Afanador plaza acho
MÊME, NOUS.

Nous vivons en étroite connivence d’esprit. Nous pensons à peine différemment. Pour un peu, nous nous retirerions mutuellement les mots de nos bouches respectives. Nous remplissons les mêmes formulaires, les mêmes listes de courses, les mêmes mots fléchés, les mêmes salles d’attente, les mêmes stades, les mêmes lieux à la ronde. Nous nous inscrivons dans une grande fraternité appelée « mondialisation ». Nous nous reproduisons à l’identique en forniquant sur des draps immaculés. Notre sperme est interchangeable. Nous prononçons chaque jour les mêmes mots, parfois dans un même ordre, parfois dans un ordre différent. Nous avons appris à confectionner des phrases qui sont le ciment de nos pensées communes. Nous nous partageons le plus équitablement possible un espace dans lequel nous respirons et expirons à une cadence égale. À un bouton près, nous portons des chemises similaires. Nous nous ressemblons tellement qu’il nous arrive de nous prendre l’un pour l’autre. Nous pensons que les différences de tous ordres dont certains veulent nous affubler ne sont en réalité qu’autant de tentatives maladroites destinées à nous dresser les uns contre les autres. Nous sommes fondamentalement semblables, autant physiquement que mentalement. Les nuances qu’on pourrait relever ne remettent pas en question nos similitudes profondes de bipèdes humanoïdes à cerveau pensant. Nous marchons, nous courrons, nous roulons à bicyclette, en scooter, à moto, en voiture, en fauteuil roulant, en trottinette, nous prenons le train, le métro, le tram, l’avion, le bateau. Nous nous déplaçons tous d’un point à un autre. Nous mangeons, buvons, déféquons, roupillons, copulons, travaillons, jouons, temps-librions. Nous sommes d’un monde ancien qui nous colle aux semelles. Nous inventons les mêmes outils, habitons les mêmes demeures, regardons les mêmes films, lisons les mêmes livres, écoutons les mêmes musiques, assistons aux mêmes spectacles, votons les mêmes irresponsables politiques, aimons les mêmes femmes, les mêmes enfants,. Nous sommes pareillement libres et égaux. Tous beaux et laids, grands et petits, jeunes et vieux, hommes et femmes, intelligents et abrutis, riches et pauvres, pétant la santé et malades à crever, drôles et sinistres, intellectuels et manuels, bons et méchants, guerriers et pacifistes, comiques et tragiques, philosophes et marchands. Nous sommes nos miroirs réciproques. Nous sommes la réplique exacte de Dieu sur Terre. Nous nous contenons les uns les autres. Nous sommes l’un et le multiple, je et nous. Nous sonnons aux portes pour entrer en nous-même. Nous nous échangeons. C’est du pareil au même. Du kif-kif bourricot. Du « same » à tout vent !

Alain Helissen – texte inédit
http://alainhelissen.over-blog.com/
(Illustration de Ruven Afanador)