dépots

ego trip-e

  • Casse d’un Canon G11 acheté il y a trois mois (garantie obsolète pour cause de chute): DONE!
  • MP3 Zen incapable de se rallumer: DONE!
  • Petit PC Portable ACER à l’écran piétiné, écrasé par un ogre blond de 3 ans: DONE!
  • Voiture familiale prêtée pour les vacances griffée à deux endroits lors de créneaux entre des roches: DONE!
  • Seconde mobylette volée en 3 mois: DONE!
  • Petites Maladies inconfortables accumulées: DONE!
  • Changement de direction peu souhaité dans mon boulot: DONE!
  • Perte de la clé de la cave qui contient toutes les choses utiles à un week-end entre amis et à une brocante prochaine: DONE!
  • Enfant malade à deux jours de sa rentrée en 1ère maternelle et divers RDV reportés: DONE!

Allez, un peu de culture:

SCHLEMIEHL ET SCHLAMASSEL

Tout le monde n’ pas de chance, et la chance ne sourit pas toujours. Il arrive même qu’on rencontre son contraire : SCHLEMASSEL (Schlimm Mazal) = « Malchance », « catastrophe ».
(schlemassel ou schlamassel : mot composé, avec déformation, de l’allemand schlimm = mauvais, et de l’hébreu mazal = étoile, constellation, chance.)

Il existe aussi des personnes qui semblent attirer la malchance : sans que l’étymologie de ce terme soit certaine, on les qualifie de « Schlemiehl« .

Certains attribuent l’origine de « Schlemiehl » à un personnage biblique, Shloumiel, dont il est question dans Nombres 15:6-8  : n’eut été sa maladresse ou sa malchance, il aurait pu éviter la mort qui lui a été infligée (Talmud Sanhédrîn 62 b).

Pour illustrer à quel point le « Schlemiehl » manque de chance, on dit de lui – et c’est un comble ! – que :  Wenn’s Bäbb Reyet, hot er ke Leffel  »
« S’il pleuvait de la bouillie, il n’aurait pas de cuillère. »

Contrairement au fameux proverbe : « on ne peut pas être et avoir été », on peut être « Schlemiehl: et l’avoir été toujours  : « A Schlemiehl bliebt a Schlemiehl »
« Un schlemiel reste un schlemiel. » (d’après Hoenel Meiss).

J’ai connu un Juif alsacien qui affirmait qu’il détenait le pouvoir de faire en sorte qu’il ne pleuve jamais : « Il suffirait, disait-il, que j’ouvre un magasin de parapluies ».

Si le « Schlemiehl » attire parfois la malchance à cause de sa maladresse, il est une autre catégorie de personnes qui semblent marquée par la malchance : c’est celle du « Schlamassel« .

Sur le plan étymologique, le terme « Schlamassel » est composé d’un mot allemand (schlimm = mauvais) et d’un mot hébreu (mazel = chance)  : il n’arrive que des malheurs ou des catastrophes au pauvre « Schlamassel« .

Rien ne permet de saisir la nuance entre le « Schlemiehl » et le « Schlamassel » comme cette illustration populaire  :
Si quelqu’un porte une soupière et en renverse le contenu sur l’un des convives, c’est un « Schlemiehl« , mais celui sur qui la soupe tombe toujours, presque systématiquement peut incontestablement être qualifiée de « Schlamassel« .