La grande Ourse

« Nous sommes maintenant assis dans la cuisine à la table carrée. Je suis dos à la fenêtre, elle me fait face, son visage est parfaitement éclairé par la lumière du dehors, elle resplendit, je pense : Elle est stellaire. 

after Deakin, 1953 (Joy Parker) - Frank Egloff.jpg

Puis, par référence au nom que les psychiatres donnent aux patients comme elle, bipolaires, je rectifie aussitôt : Elle est polaire. Oui, elle est perchée sur une des deux extrémités du monde.«  

Marc Pautrel, Polaire, Coll. « L’Infini », Paris, Gallimard, 2013, p. 82. (merci Jean-Michel D. – art : after Deakin, 1953 (Joy Parker) – Frank Egloff)