si, non

William Claxton Marlene Dietrich

 

quand je m’ennuie, je parle à Marlène.

elle me répond qu’elle se bat encore, en bas.

alors, je prend mon poing lourd, je le soulève et le dirige dans mon reflet, histoire de faire peur à ce qui n’existe plus.