Podcast Les Parleuses #6 – Yvonne Sterk par Milady Renoir

L’association Littérature, etc. m’a donné carte blanche il y a quelques mois pour établir-construire une relation littéraire avec une femme de la littérature belge au nom de la mise en lumière du matrimoine littéraire.
Le projet global se nomme Les Parleuses, la marraine est Chloé Delaume, la directrice est Aurélie Olivier.

J’ai choisi Yvonne Sterk, pour une alliance poésie-politique qui me porte / me portera-it encore longtemps (?).
 
J’ai pu travailler la matière mémorielle politique avec l’aide préci(eu)se de Lucas Catherine, un historien des colonisations (Congo & Palestine) et Myriam de Ly et Jean-Marie Flémal tous deux de la plateforme Charleroi-Palestine pour les traductions et les mises en lien.
 
A la fin de l’enregistrement de la lecture, laquelle était augmentée de chants et d’images, j’ai lu mes remerciements et les replace ici pour afficher ma reconnaissance:

« Pour rencontrer Yvonne Sterk encore mieux, certaines des archives de et sur Yvonne Sterk se trouvent au Centre de l’égalité de genre Amazone à Bruxelles. Une biographie détaillée dans laquelle j’ai beaucoup pioché, accompagnée d’une sélection de ses poèmes, se trouve dans l’ouvrage « Van verre kusten van verlangen. » (Des rivages lointains du désir) de Lucas Catherine, aux éditions EPO publié en 2005. Des poèmes figurent également dans de nombreuses anthologies en Belgique et à l’étranger. Certains d’entre eux ont été traduits en russe, en hongrois, en roumain, en bulgare, en néerlandais, en arabe.

Cette lecture est une mosaïque de plusieurs ressources dont une grande partie est tirée du savoir mémoriel et politique de Lucas Catherine, des nombreux échanges bienveillants et militants avec Myriam de Ly, et le soutien de Jean-Marie Flémal, tous deux de la Plateforme Charleroi-Palestine. Remerciements aux membres des Bruxelles Panthères, à Eva et Harry de la CSC, à Jaïda, à Mustapha, et à Nicolas Marchant pour son assistance technique et morale, à Modou et Cassius pour leur présence, à Aurélie Olivier pour sa confiance sans faille ni scrupule, à Marie-Eve Tossani et Stéphanie Pécourt et le centre wallonie bruxelles pour l’accueil, le suivi et la disposition, aux participant.e.s de l’atelier d’écriture de cet après-midi, à Alexandra Dols et Dr Samah Jabr pour l’impact de leur travail, et aux poétesses qui métamorphosent la lutte en mots qui ne font pas moins mal mais qui diluent le sang avec l’eau, l’aube et la terre pour faire corps de poésie. »

 

Qqs dates aussi rappelées pendant la lecture et l’atelier d’écriture que j’ai animé l’après-midi du 16-11-2019:

1917: La Grande-Bretagne, par la lettre de son ministre des Affaires Étrangères, Lord Balfour, promet d’oeuvrer à l’établissement d’un foyer national juif en Palestine. Sans même avoir la souveraineté sur le territoire et sans consulter la population locale.

1947: l’ONU décide de partager le territoire: 55% pour un état arabe, 1% de zone internationale (Jérusalem et les lieux saints). Logiquement, le plan est refusé par les Arabes. La 1ère guerre israélo-arabe se solde par l’exil de 750 000 palestinien/nes (la catastrophe ou la nakba en arabe) et par l’annexion de plus de territoires par Israël. 34 résolutions de l’ONU ne sont pas respectées depuis 1947 par l’état d’Israël.

1967: Guerre des six jours: Israël, à la suite de cette attaque nommée “préventive” occupe la Cisjordanie, Jérusalem-Est, Gaza, le plateau du Golan syrien et le Sinaï égyptien (rendu en 1979), soit l’intégralité de la Palestine historique. Israël lance également le processus de colonisation de ces territoires, toujours en cours à ce jour. 

2017 et aujourd’hui les palestinien.nes vivent sur 12% de leur territoire initial. Une terre morcelée, Gaza, Jérusalem et la Cisjordanie. Une terre occupée par l’armée israélienne, quand elle n’est pas sous blocus complet comme à Gaza. 

 
Une réédition du recueil « Rempart de sable » est en construction pour 2020, année du centenaire de la naissance d’Yvonne Sterk, grâce à l’accord de principe passé avec l’éditeur l’Arbre à Paroles, maison soeur des éditions Maelström.
Votre écoute et vos éventuels retours sont bienvenus.
 
C’était un moment important pour moi ce 16 novembre, au centre Wallonie-Bruxelles de Paris, entre les pensées vers le peuple palestinien et les décombres vus par les médias à Gaza le 15 novembre au soir.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s