La rue est mal élevée, lu-e par Laurence Vielle

Laurence a lu mon poème dans une forme inédite.
J’ai été émue par sa mise en profondeur, la naissance de la répétition autrement que quand je le lis.
Aussi, elle a revisité vertueusement ce texte qui a muté plusieurs fois.
C’était bon d’entendre cet appel à la rue alors qu’elle est vidée de substances et de corps pour le moment.

Laurence Vielle lit à travers un filtre qui n’est qu’elle. Je la reconnais et la découvre à chaque fois. Merci à Elle et à l’espace de Poésie que MusiQ3 a ouvert chaque jour.

Et hier, c’était Carl Norac, le poète national actuel. (D’ailleurs, Carl a planté un jardin du souvenir numérique: http://www.poetenational.be/fleurs-de-funerailles/DES POÈTES.ses BELGES S’UNISSENT POUR ÉCRIRE DES POÈMES FUNÉRAIRES EN CETTE PÉRIODE DE CRISE)

Et demain, accrochez-vous à la page et écoutez.

c’est là.

lv mr

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.