DAVERTIGE, Revue poétique nouvelle


J’ai eu la chance en septembre 2019 d’être invitée par le collectif loque urbaine en Haïti pour la première édition du festival Transe Poétique. C’était un confinement avant le confinement puisque le pays était bloqué (peyi lock) depuis des mois, embourbé (depuis plus que quelques mois mais) dans une crise politique et économique lourde. Cette résistance, ce cadenas que le peuple haïtien invoque est une pratique de contestation qui s’accompagne de manifestations, de révolte et de contestation sociale forte. Au milieu des feux et des cris, la poésie, son festival, auraient pu devenir artificiels. Ce ne fut pas le cas, puisque la majorité des participant.e.s de Loque Urbaine (équipe élargie) et du festival est haïtienne, vit et survit sur place. La poésie put affirmer être une des langues de la lutte. J’ai eu la chance d’animer des ateliers d’écriture et de performance avec des jeunes étudiant.e.s, qu’iels soient à l’université ou dans la rue, et nous avons fomenté des vers qui s’entendaient sur les murs. Loque Urbaine m’a encore invitée à faire corps avec d’autres voix au sein de la première édition de leur revue, DAVERTIGE dont voici l’accroche et les possibilités de commande, lecture:

« ma révolte fut vaine
pas de regret
le chemin est long
je repars demain
l’aube en bandoulière »
Abdourahman A. Waberi
Mon nom est aube, Vents d’ailleurs, 2016
Revue DAVERTIGE N°1
DAVERTIGE
une revue de poésie éditée par Loque Urbaine
disponible à la vente dès maintenant

DAVERTIGE est une revue de poésie. Sa publication est biannuelle et elle regroupe des contributions inédites de l’ensemble des poètes prenant part, sous une forme ou une autre, au festival Transe Poétique, sur deux éditions. Une manière de garder les empreintes et de prolonger les rencontres. 
Pour vous procurer un exemplaire du premier numéro de la revue, vous pouvez passer commande en cliquant ici ou contactez-nous directement.

Les contributeurs de ce premier numéro :
Pina Wood / Makenzy Orcel / Annie Lulu / Bonel Auguste / Jean-Pierre Siméon / Coutechève Lavoie Aupont / Hugo Fontaine / Milady Renoir / Lisette Lombé / Davertige / James Noël / Eliphen Jean / Adlyne Bonhomme / Ricardo Boucher.
Graphisme : Camille Nicolle et Chloé Vargoz

La revue entend assurer un rayonnement au travail de ces poètes au-delà du festival et faire découvrir à un public plus large des voix pertinentes de la nouvelle génération de la scène littéraire. Elle s’inscrit dans le prolongement des objectifs du festival Transe Poétique, qui tendent à contribuer à la vie de la poésie contemporaine en Haïti et ailleurs. Elle vise aussi, dans une certaine mesure, à aider au renouvellement de l’espace éditorial de poésie en Haïti, et plus largement du milieu littéraire haïtien. Outre ces perspectives constituant ses premières raisons d’être, la revue DAVERTIGE est un clin d’oeil au poète éponyme, figure emblématique de la poésie haïtienne.Équipe de la revue : 
— Jean Gesner Dorval, administration 
— Marie Monfils, communication et diffusion 
— Camille Nicolle et Chloé Vargoz, graphisme
— Jean D’Amérique, direction éditoriale 

La revue DAVERTIGE est éditée par Loque Urbaine, avec le soutien de la FOKAL.Je commande !

« Ta langue,
animal recensé dans aucune encyclopédie.
La poésie n’existe plus.
Je te prendrai sans procéder à une première lecture.
Chaque masturbation sécrète un début de texte. »
Hugo FontaineDavertige, revue de poésie, n°1, 2021TRANSE POÉTIQUE
préparation de la seconde édition du festival

On ne vous apprend rien, l’année 2020 a été follement chamboulée et la seconde édition de Transe Poétique qui devait se dérouler en septembre 2020 est tombée à l’eau… rageant pour une édition Tout feu tout flamme !
Résolument tournés vers un futur fort en poésie, nous revoilà à flots, en préparation de l’édition 2021 qui se tiendra du mercredi 15 au samedi 18 septembre. L’heure n’est pas encore à vous dévoiler la programmation, mais nous vous donnons d’ores et déjà rendez-vous à Port-au-Prince. (C) Marie Monfils

« ZIRONT DIRE QU’Y’A PLUS DE PRINTEMPS
PARCE QU’ILS RECONNAISSENT PLUS LES HIRONDELLES »
Pina Wood, Davertige, revue de poésie, n°1, 2021

REDIS POÉSIE !
Les mots de Lisette Lombé sur La Première (RTBF), à re-voir ici 
Le 13 août 2020, Lisette Lombé a livré sur les ondes de la radio La Première un texte vibrant, puissant. Retrouvez la vidéo en cliquant ici et retrouvez une partie de ce texte édité dans le premier numéro de la revue DAVERTIGE. « Redis, poétesse, redis que nous ne sommes pas là pour planquer les injustices derrière des arcs-en-ciel, que nous ne sommes pas là pour passer la brosse à reluire sur ce qui brille déjà ! »Lisette Lombé
 
(C) Eléonore Coyette, Port-au-Prince, 2019
« Je m’assois sur la mer
Verticale
Automne en main
Je cueille tes sueurs en lianes
Pluies mûres sur les trottoirs
Mêlée d’un silence cousu de première nuit
De premier geste
De première pierre »
Adlyne BonhommeDavertige, revue de poésie, n°1, 2021


(C) Marie Monfils
«  Omabarigore la ville que j’ai créée pour toi
En prenant la mer dans mes bras
Et les paysages autour de ma tête
Toutes les plantes sont ivres et portent leur printemps
Sur leur tige que les vents bâillonnent
Au milieu des forêts qui résonnent de nos sens
Des arbres sont debout qui connaissent nos secrets »
DavertigeAnthologie secrète, Mémoire d’encrier, 2003

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.